Forêt/paradigme 2020

Parcours des oeuvres

Forêt/Paradigme 2020

Cette métaphore de la forêt se réitère dans toute l’œuvre de Lise-Hélène Larin depuis 1980. Quatre décennies plus tard, on la retrouve à nouveau au cœur de sa récente exposition Forêt/Paradigme 2020 à l’Agora du Cégep du Vieux Montréal. Exposition qui s’est tenue du 3 février au 6 mars 2020.

Dans cette nouvelle itération de la forêt à l’Agora du collège du Vieux Montréal, Larin veut « parler différemment, en examinant comment une œuvre d’art peut se renouveler à travers le temps. » Ici, l’artiste ancre visiblement son travail dans la marche du temps.

Extrait de Forêt/Foray de Victoria LeBlanc

D’entrée de jeu, la matière de l’installation séduit. On se déplace dans la galerie le long de sentiers sinueux, dans une mise-en-scène sensorielle de formes, de teintes et de textures.

Elle n’en est plus à Forêts dans la ville; ni à la grande mobilisation collective et festive qui avait donné naissance à la forêt. Forêt/Paradigme 2020 est bien plus dérangeante. Comme sur un site archéologique, on se retrouve en face d’artefacts qu’il nous faut décoder. Plus on observe, plus on se sent désemparé devant la taille et la complexité de l’œuvre, devant l’immense quantité de travail, devant l’intense viscosité organique qui s’en dégage.

Le changement le plus évident, c’est la forêt elle-même. Pour la première fois, les 25 cages et boîtiers qui s’étaient lentement accumulées dans l’atelier de l’artiste apparaissent en public : 700 arbres emprisonnés, leurs longues formes viscérales pressées derrière les barreaux comme des corps incapables de respirer.

Extrait de Forêt/Foray de Victoria LeBlanc

Forêt/Paradigme 2020, Alarins

Camoufler la nouvelle
2020

Lariniers tordus
Varathane noir
Treillis métalliques
183 cm diam

Saisir l’essentiel
2020

têtes d’empreintes
treillis métalliques
183 cm diam.

La mémoire dans la peau
2020

empreintes coupées, étêtées, élastiques, tubes PVC, puits sonore, plexiglass noir
voix: Un chant au puits de Michelle Boudreau
335 cm diam.

Ce qu’il reste des mots
2020

Plexiglass
Varathane
panneau du haut : 133 x 80 cm
Panneau du bas :50 x 200 cm

Forêt/Paradigme 2020 
Lariniers

Mémoire d’arbres
1985

transferts de photos, fusain, huile de lin, 105 X 145 cm

Éléments du processus

empreinte originale, empreintes enroulées, prototypes en plâtre armé, têtes d’empreintes coupées, restes de la confection des empreintes

Lise-Hélène Larin
Artiste multidisciplinaire et chercheure en art visuel et médiatique. BFA – Concordia University 1976, Maîtrise en arts visuels et médiatiques – Université du Québec à Montréal 1988, Doctorat en étude et pratique des arts – Université du Québec à Montréal, 2011. Elle enseigne à l’Université Concordia depuis 1984 et au Collège Dawson depuis 1987. 

Tous droits réservés @ Copyright 2005-2020. Conception web Studio Daruma.

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google