Parcours artistique

Une attitude fondamentale m'aura permis de renouveler sans cesse ma sculpture: l'ouverture au hasard technique, à l'absence de projet initial contraignant et le détournement des outils propres aux diverses disciplines. Je veux pervertir notre perception de l'espace réel et virtuel et notre rapport au corps. J'ai utilisé des matériaux hétéroclites et inventé les méthodes pour les transformer dans un esprit évolutif. J'ai par exemple utilisé du papier journal et des élastiques dans un but écologique.

Ce sont les débats publics sur l'environnement qui m'ont tout d'abord inspirée. Cette ouverture aux problématiques sociales permettait de développer un dialogue particulier avec le spectateur dans l'expérience esthétique et d'inclure le corps social. FORÊT/PARADIGME, RÉPÉTITION POUR UNE ÉCOLOGIE (1981-1988) a inclus plus de 400 personnes dans sa construction remettant en question la notion même d'auteur. Les "performances collectives", au nombre de 32, comprenaient des gens de différents milieux qui devenaient des artistes par la création d'un arbre en papier journal et élastiques mais surtout ils étaient les artisants d'un environnement sain grâce à la récupération et au recyclage de plus de vingt tonnes de papier journal. FORÊTS DANS LA VILLE, RÉPÉTITION POUR UNE ÉCOLOGIE a concrétisé ce travail.

Pour intégrer l'art dans la vie de tous les jours, j'ai toujours favorisé des espaces inusités pour exposer mon travail. J'ai exposé dans une tente et j'ai loué le théâtre Élysée, par exemple, pour y organiser un l'événement multidisciplinaire: FORÊTS DANS LA VILLE, RÉPÉTITION POUR UNE ÉCOLOGIE. Cette diversité de lieux stimule et modifie l'expérience esthétique, tant pour l'artiste que pour le spectateur.

Avec EFFET CAMÉLÉON (1986) j'ai mis en scène des sculptures vivantes enrichissant la sculpture de théâtre musical. J'aime tester avec humour les défenses du système de l'art en bouleversant le comportement traditionnel de l'artiste, du spectateur, de la galerie et, en dernière analyse, de la société elle-même avec la sculpture sociale.

VICE DE FORME (1993) et la Série des objets vi(s)cieux développent les notions de PARA/SITE et de sculptures-crampons: l'objet envahit des espaces imprévus (plafond, local administratif, etc.) et même mes textes!

L'accumulation, la répétition, la transformation de résidus étaient des moyens de renouveler ma sculpture. Le dessin m'a toujours accompagnée : le dessin industriel, l'illustration et la réalisation de film d'animation ont côtoyé le dessin académique de modèles vivants et le dessin non figuratif sur de très grands formats. Le dessin enrichit ma recherche, ouvrant mon art à d'autres horizons formels et imaginatifs. La sculpture est pour moi un art plastique et rhyzomatique en lien avec d'autres disciplines: j'ai travaillé avec une compositrice de musique contemporaine pour exploiter le son produit par mes matériaux. J'utilise la photo, la vidéo et le dessin dans mes installations. Je mets en œuvre des notions de théâtralité. Je "peins de la sculpture" avec du latex (la sève de l'hévéa) et je cultive cette ambiguïté peinture/sculpture dans ma démarche. Par exemple, L'ARBRE EST DANS CES FEUILLES (1998) est à la fois sculpture (un immense rideau d'arbres en papier journal et bandes élastiques) et à la fois tableau dont les couleurs témoignent de la publicité abondante dans les journaux utilisés pendant la période de construction de l'oeuvre.

L'empreinte a joué un rôle important dans mon processus. Le geste d'empreinte est avant tout «l'expérience d'une relation, le rapport d'émergence d'une forme à un substrat "empreinté"», comme le décrit Didi-Huberman. L'empreinte implique un contact intime avec la réalité: elle est le paradigme de presque toute ma démarche incluant ma relation au spectateur dans FORÊT/PARADIGME: empreindre le specacteur des gestes du faire afin de développer une " esthétique de l'expérience ". L'empreinte, avec ses tirages d'objets choisis constitue une synthèse des espaces positifs et négatifs de ma sculpture. Ce type de sculpture écranique implique une forme tridimensionnelle virtuelle et lui ajoute une dimension temporelle. J'avais exploité le temps de façon imaginaire (autoportrait en momie) et sociale (accumulation de journaux pendant 7 ans pour créer FORÊT/PARADIGME) avec des matériaux du quotidien.

En 1993, j'ai reçu une bourse du Ministère de la Culture pour des ateliers de sculpture fondés sur PAPIERURE, une technique que j'ai développée. Aux niveaux de l'enseignement primaire et secondaire, cette solution de rechange au papier mâché rend possibles des œuvres monumentales et permet d'intégrer les enjeux environnementaux dans l'activité artistique. J'ai conçu, réalisé et produit un vidéo pédagogique de 55 minutes sur cette technique et j'en fait la distribution dans les écoles. J'ai publié un essai en 1989 sur l'intégration de l'art aux problématiques environnementales pour l'Association Canadienne Française pour l'Avancement des Sciences (ACFAS).

Dans un désir de renouveler l'installation, j'ai intégré la vidéo et l'ordinateur dans mon travail. EUPHOBIE a été réalisé avec le logiciel Lightwave 3D. J'ai aussi utilisé Adobe Premiere pour le montage de ce film. J'ai confondu les espaces positifs et négatifs de mes formes géométriques inventées et les ai gainées de peau prélevée sur l'être aimé, à l'aide de la vidéo. À ce stade, ma sculpture "écranique" devient une forme tridimensionnelle virtuelle dans la quatrième dimension. EUPHOBIE invite le spectateur à se projeter lui-même dans le futur et à imaginer comment la machine pourrait intégrer son corps. La voix de Noëlla Huet complète la sensation organique je m'efforce de développer dans l'ordinateur. Ce film a été présenté dans une installation à L'Espace D. René Harrison.

Aussi, dans la même foulée, j'ai créé LE JARDIN INDÉFINI qui invite le spectateur à partager théorie et pratique dans une expérience de réalité virtuelle QuickTime sur le Web. LE JARDIN REDÉFINI fera bientôt l'objet d'une installation où le spectateur accède à divers points de vue de ce nouveau site, à l'échelle humaine, à l'aide de senseurs déclenchés électroniquement par le mouvement de son corps.

Depuis 2000, je travaille avec le logiciel Softimage avec lequel je crée une peinture régénératrice évoquant un paysage qui se transforme constamment. Reliant la vue et l'ouïe, cette série de films d'animation 3D, PAINTING BY NUMBERS, rappellent que la peinture, jadis un genre silencieux, peut intégrer les bruits du paysage. La souris devient mon pinceau dans cette exploration immatérielle de la peinture et de la "nature algorythmique", cette nature programmée par le logiciel que je m'efforce de détourner par l'aléatoire.

Ce qui m'intéresse, c'est de renouveler le contact intime avec la matière dans sa virtualité même. Je dessine des textures sur mes objets virtuels, je les anime et les mets en scène pour créer des architextures en mouvement. Par ailleurs, je détourne l'animation 3D de sa fonction figurative et narrative qui lui vient du cinéma. Je montre mes films sous forme d'installations et je développe un nouveau rapport à l'écran qui en art, ouvre sur de nouvelles expériences esthétiques.

En somme, je mets sur pied des installations électroniques où je crée des univers imaginaires animés dans une perspective interactive et multidisciplinaire. Ma recherche au Doctorat en études et pratiques des arts consiste à utiliser l'animation 3D pour renouveler notre approche de la représentation. L'animation 3D change notre rapport aux disciplines traditionnelles du dessin et de la peinture, de la photographie, du théâtre et du cinéma en les simulant et en les intégrant complètement. J'utilise sa dimension temporelle pour penser l'image autrement. La caméra virtuelle enregistre les changements graduels et révèle le processus de sa construction. Mon concept d'"image environnementale" propose de voir l'image en termes d'environnement et non plus en termes picturaux.

Prix et bourses

Jan. 2004
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Avr. 2003
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Jan. 2002
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Oct. 2002
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Jan. 2001
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Nov. 2001
Bourse Marie-Josée Donohue, Uqam.
Sep.1999
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Avr. 1998
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Avr. 1997
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Jan. 1996
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
Avr. 1994
Bourse de la CUPFA, Université Concordia.
1993
Bourse du Ministère des affaires culturelles du Québec.
1987/88
PAFARC, Uqam.
1983
Bourse du Ministère des affaires culturelles du Québec.
1980
MÉDAILLE D'ARGENT au Festival international du film de New York.

Expositions solo récentes

Centre d’art Amherst

Tout voir Tout voir
Tout voir Tout voir



Maison des arts de Laval

Tout voir Tout voir
Tout voir Tout voir



Galerie McClure

Tout voir Tout voir
Tout voir Tout voir




CV nouveaux médias - New Media CV

- Various experiments with Lightwave 3D from 1995 to 1997

- The swept / In camera
35 seconds, 3D Animation created in 1997 during an animation course on Softimage 3D

- Animafolie
5 seconds, 3D Animation created during an animation course on Softimage 3D in 1997; it comprised 10 bumping cars conducted each by a letter of the title. This animation was the title animation for a series of short animations designed for the programming of Canal Famille. The sound was supplied by Canal Famille.

- Euphobie
Video and Installation piece. This three and a half minute 3D animation comprises 7 scenes created with Lightwave 3D between 1996 and 1998. I edited the film with Premiere Digital Editing Suite in Jan.1999.

- Acoumorphose
3D Animation created with Softimage 3D in collaboration with M-C Mathieu who created the sound track.

- Leave an impression
Electronic Interactive Installation : sensors were hidden into a white rug and when stepped on, triggered digital images on a screen. (Can be seen in the Portfolio section)

- Six 3D Animations for «Science pour tous» Website
http://www.sciencepourtous.qc.ca (Not available anymore)

- Design for the «doctorat en études et partique des arts» Website
Université du Québec à Montréal. http://www.unites.uqam.ca/doctorat_arts/

- Design for «Études littéraires» Website
Université du Québec à Montréal. http://www.uqam.ca/soietautre/

Painting by numbers I - Waterscape
First 3D animation with Softimage, Digital Editing Suite: Avid + 6 still frames 30" X 38" made into "backlit" images in light boxes for installation
Cette animation a par la suite, été sélectionnée et présentée pour l'édition Siggraph 2003 à san Diego.

Aided Waterscape, Ciel et Mer
Experimental version with found images from films. Digital Editing Suite: Avid.

Painting by numbers II - Metalscape
Second 3D animation, Digital Editing Suite: Avid + 7 still frames 11" X 14" made into "backlit" images in light boxes for installation

Painting by numbers III - Bondir
Third animation - sculpture d'animation 3D. Cette troisième animation présentée au Art Gallery de Siggraph 2002

Painting by numbersIV - Néant
Fourth animation - sculpture d'animation 3D.

Painting by numbers V- Orogénèse
Fifth animation - sculpture d'animation 3D

Painting by numbers VI - Éclat
Sixth animation - sculpture d'animation 3D. Ce film de 5 minutes a été présenté en 2004 au Art Gallery de Siggraph 2004 à Los Angeles et à Montréal lors de la 6ième manifestation internationale vidéo et art électronique - «DÉSERT», organisée par Champ libre.

I am now working on the seventh and last animation for this series

- Le jardin indéfini
QuickTime Virtual Reality (QTVR), work-in-progress, (Test can be seen on my Website)

- Le plan fixe comme oeuvre d'art
Choice of still images from rejected animations printed on film and framed assimulated photos

- Glissements de terrains
2001-2005

» Télécharger le CV en format PDF